diabete pourla vie

Le diabète pour la vie

Autant avouer tout de suite le lien d’intérêt entre ce livre et moi : je l’ai lu avant son impression quand je suis arrivée à l’AFD. C’est le premier témoignage dont j’ai eu connaissance. Il m’avait aidée à comprendre le vécu de la maladie, en complément des ouvrages médicaux ingurgités à ce moment-là. Je l’ai donc redécouvert pour les besoins de mon challenge de lectures de livres Diabète.

J’ai lu (relu) avec beaucoup d’intérêt la préface du Professeur André Grimaldi, en particulier quand il dit « J’ai toujours été frappé d’entendre nombre de diabétiques parler de leur diabète à la troisième personne, et parfois même parler à leur diabète ».

C’est le cas de Stéphanie, qui à 26 ans, nous relate dans ce livre sa relation avec celui qu’elle nomme son « diablotin », son « nouveau compagnon » et avec qui elle vit depuis l’âge de 14 ans.

Au travers le regard d’une adolescente dans ses débuts avec le diabète, ce qui m’a le plus touchée dans l’expérience de l’auteur :

• La difficulté de se retrouver jeune et seule à l’hôpital pour trois semaines : « le blues chez les blouses blanches »

• L’impact du diabète dans la cellule familiale : « le cordon ombilical s’est un peu remis en place entre maman et moi »

• Le changement de regard des autres « Ah ! c’est la fille diabétique » ; la scène où un homme entre dans les toilettes au moment où elle fait son injection et la prend pour une droguée…

• L’incompréhension des amis : « tu nous dis que le diabète c’est trop de sucre dans le sang mais en même que tu nous dis faire des hypoglycémies (baisse de sucre dans le sang) » (retraduit par mes soins)

• La surprise du sentiment de honte (un passage très émouvant)

• L’importance de la relation avec le médecin « Ses explications sont claires, précises mais je n’arrive pas à ressentir la complicité qui me parait nécessaire entre un médecin et son patient… »

• Le changement de la relation à soi-même « Le diablotin m’empêche de vivre pleinement l’instant présent », elle s’enferme dans sa « bulle »

• Le diabète est une maladie de chiffres « Raisonner, calculer, estimer… dure épreuve surtout quand on une sainte horreur des chiffres ! Combien d’unités d’insuline mettre dans la seringue, alors que je viens de déguster quelques petits fours ? Combien de glucides peuvent contenir ces gourmandises salées ? »

• La relativité de ce qu’est un « bon » diabétologue : elle rencontre un autre jeune, ils se rendent compte qu’ils ont le même médecin.
Elle : Moi je la trouve géniale comme diabéto. J’adore son côté pète-sec.
Lui : Mes relations avec elle sont loin d’être au top. Je sais pas, y’a un truc qui passe pas (…)

• Un point capital : Quand et comment annoncer à la personne que je viens de rencontrer que je suis diabétique ?

• La découverte qu’il y a 3 millions de personnes diabétiques et qu’elle n’est pas seule.

J’ai été sensible au message d’espoir que veut nous transmettre Stéphanie et le sourire qu’elle tient à garder dans ce long chemin d’acceptation de la maladie, de l’adolescence à l’âge adulte … pour la vie.

Points forts
Ecrit avec beaucoup de style, le livre est parsemé d’humour et de recul avec les situations vécues
Il explique toujours les notions abordées : diabète, bien sûr, équivalent glucidique, index glycémique…
Malgré les difficultés et l’espoir de guérison, le livre transmet un message positif

Points faibles
Difficile de trouver des points faibles à des témoignages, le vécu est le vécu…

Mon point de vue
Un témoignage incontournable, pour avoir, notamment, un point de vue du diabète lorsqu’il survient à l’adolescence.

Diabète pour la vie
Stéphanie Valet
Editions Association Française des Diabétiques – Mai 2005
123 pages – 12 €

  • 0

    Score global

  • Note des lecteurs :0 Votes

Partager

A propos de Littérature et Santé

Ce blog partage avec vous, essentiellement à partir de livres, des réflexions sur les patients, les professions de santé et le numérique.

Vous aimerez aussi peut-être

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d’un *