Comment j'ai mangé mon estomac

Un livre qui ne manque pas d’estomac

Jacques A. Bertrand, l’auteur alias Anatole Bertaud, son « double de papier » est atteint d’un cancer de l’estomac au moment où sa femme est atteinte d’un cancer du sein et d’une « dépression grave, niveau mélancolique » et reste dans le coma durant 5 jours. Il raconte sa « petite tumeur au bas de l’œsophage – dont on avait pu espérer qu’elle était bénigne. Elle était un peu maligne ». Un sujet grave traité sur un ton léger et ironique.Dans ce court récit autobiographique, l’auteur décrit sa relation avec son estomac, l’annonce de son cancer, les séances chez les différents médecins, la chimiothérapie, les effets indésirables, l’alopécie, les longues heures d’attentes ou les séjours prolongés dans différents hôpitaux…

Le thème de la relation médecins-patients est l’intérêt principal de cet ouvrage : il donne un nom ridicule à ses médecins : Docteur Bo, Docteur So, Professeur Po…

Il raconte comment les soignants n’apprécient pas sa volonté de diriger sa vie « Si vous croyez que c’est le moment de vous occuper de vos affaires perso », comment il n’est considéré que comme un organe « L’estomac est arrivé ? ».

A l’hôpital, ce n’est pas pareil. Dès que vous avez franchi le Rubicon, le sas des admissions, vous changez de statut. Vous êtes « en attente ». Un patient. Un individu en souffrance, étymologiquement, et invité à prendre son mal en patience. La minute d’hôpital est une unité de temps variable qui peut aller d’un quart d’heure à plusieurs heures.

Points faibles
L’auteur se livre sans vraiment se livrer
Style poétique
Digressions sur la bêtise (même si bien amené), ses activités oniriques.

Points forts
Un livre court
De l’ironie, de l’humour noir
Réflexions sur la maladie, les relations médecins – patients…

Mon point de vue
Sans doute parce que l’auteur prend beaucoup de distance et a choisi l’ironie pour se raconter, ce livre ne m’a pas passionnée et je n’ai pas été sensible au style poétique. Ce que j’ai aimé : la difficulté à exister face aux soignants quand vous devenez malade. En cela, je tire mon chapeau à l’auteur et je conseille le livre à tous les soignants. Comme l’indique un commentaire sur Amazon : « Faisant parti du personnel soignant, sa vision déshumanisée du patient m’a donné à réfléchir sur notre attitude et nos réactions parfois mécaniques. »

Comment j’ai mangé mon estomac
Jacques A. BERTRAND
Editions Julliard – 9 Janvier 2014
112 pages – 14,00 €

  • 0

    Score global

  • Note des lecteurs :0 Votes

Partager

A propos de Littérature et Santé

Ce blog partage avec vous, essentiellement à partir de livres, des réflexions sur les patients, les professions de santé et le numérique.

Vous aimerez aussi peut-être

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d’un *