Roz Chast
Gallimard

Mort de nos parents : un sujet (généralement) tabou

[Bande dessinée]

Roz Chast a 47 ans quand elle est saisie du besoin impérieux de revoir ses parents qu’elle n’a pas revu depuis 11 ans. Elle est dessinatrice et a de bonnes excuses pour ne pas être allée les voir : « déni, évitement, égoïsme, paresse, plus toutes les occupations de la vie quotidienne (deux jeunes enfants ! dessins à rendre dans les délais ! courses à faire !). »

En réalité, elle n’avait simplement pas envie : elle déteste la ville de ses parents, ils vivent dans le même appartement depuis toujours, là où elle a passé une enfance malheureuse. Face à ce couple très uni, elle s’est toujours sentie une étrangère.

Voilà les parents de Roz, Elisabeth et George.

Parents Roz

Ils sont nés à 10 jours d’écart, ont grandi à deux rues l’un de l’autre et étaient dans la même classe en sixième… Mariés depuis 50 ans, ils se considèrent comme des « âmes sœurs » et ils ne font rien l’un sans l’autre. Ils ont perdu toute leur famille pendant l’Holocauste alors, on comprend que parler de la mort, c’est contre leurs principes : mieux vaut parler d’autre chose, « parlons d’un sujet plus gai ». Sujet tabou, s’il en est.

Et un jour, ces retrouvailles entre la fille et ses parents. Eux ont 90 ans. Roz ne peut s’empêcher de remarquer qu’ils prennent moins soin de leur appartement, qu’ils deviennent de plus en plus frêles…

C’est le début de la fin… de la vie

Le déclin des parents se fait petit à petit, entre chutes, maladies diverses et sénilité, jusqu’au placement dans un « endroit », mot pudique pour parler d’un établissement pour personnes âgées.

Roz Chast raconte ainsi les dernières années de vie de ses deux parents, sur un ton à la fois drôle et distancié :

  • Ses difficultés à leur faire admettre quand ils sont malades (surtout sa mère, avec un caractère très affirmé…) :Maladie_p52

Profonde aversion pour les médecins, page 62

  • L’avocat spécialiste du 3ème âge qu’elle a engagé pour l’aider à anticiper et régler les difficultés administratives. Les questions financières sont en effet au cœur du sujet, avec la problématique du financement de la maison de retraite, du coût des traitements, dans le système américain.

se préparer pour le tres tres grand age

Comment se préparer pour le très très très grand âge, page 157

  • Et le plus intime : cette ambivalence entre sa propre culpabilité de ne pas en faire assez mais aussi d’en avoir marre d’être en charge de ses parents. Et de voir tout son héritage partir dans des soins onéreux !

Gracieuse et grincheuse

Numéro spécial sur les filles qui ont leurs parents à charge, page 154

Une bande dessinée autobiographique qui résonne en chacun de nous

Vous avez peut-être vécu l’accompagnement de vos parents âgés et/ou malades ? Ou vous savez qu’il s’agit d’une situation face à laquelle vous allez vous retrouver confronté ?

Je ne sais pas si on aurait envie de lire cette histoire dans le premier cas. Une de mes connaissances vit cela en ce moment mais je n’ai pas osé lui proposer la bande dessinée. Dans le second, qui est le mien, je l’ai lu avec un mélange d’angoisse et de je ne sais quels autres sentiments.

Ce n’est pas un livre qui fait du bien. Ce n’est pas un livre qui rassure. Il ne donne pas non plus de vrais conseils. C’est le témoignage d’une fille qui a vécu l’accompagnement en fin de vie de ses parents et le raconte dans toute sa complexité et avec humour. C’est formidable, poignant, juste.

En tant que citoyen, Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? interroge sur ce qu’il convient de faire solidairement pour s’occuper des plus âgés d’entre nous. Quelle prise en charge du vieillissement par notre société ? Quelle sera notre capacité individuelle à payer pour nos parents avec les faibles retraites que l’on nous annonce ? Et quand viendra notre tour d’être dépendants, quels seront les dispositifs de demain, seront-ils plus « performants » que ceux d’aujourd’hui ?

Qui se préoccupe de ce sujet pour aujourd’hui et pour demain ?

 

Comme l’avait annoncé le précédent billet de blog, une bande dessinée drôle et émouvante dont je partage la lecture avec bdmedicales.com

 

Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ?
Roz Chast
Gallimard – octobre 2015
236 pages – 25 €

 

 

Partager

A propos de Littérature et Santé

Ce blog partage avec vous, essentiellement à partir de livres, des réflexions sur les patients, les professions de santé et le numérique.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont marqués d’un *